La luminothérapie soin naturel contre la dépression saisonnière

soins par la luminothérapie

Nous sommes en hiver il fait froid et surtout vous avez le moral dans les chaussettes.

Vous faites grise mine comme la météo de ces derniers temps.

N’auriez vous pas besoin de la luminothérapie ?

Se soigner par la lumière ? Une méthode naturelle pour améliorer son bien-être

Oui nous allons le voir la luminothérapie est conseillée et efficace comme la phytothérapie dans le traitement de certains troubles hivernaux ou pas d’ailleur.

Nous allons découvrir comment Ça marche, comment la pratiquer et combien cela peut couter.

La luminothérapie c’est comme la phytothérapie ?

Non évidemment la luminothérapie ce n’est pas la même chose.

La luminothérapie consiste à se positionner devant une lampe spécifique qui reproduit la lumière naturelle de l’astre solaire.

L’efficacité de cette technique est démontrée scientifiquement notamment dans le traitement de la dépression saisonnière.

Le fonctionnement de la lampe est simple elle émet une lumière d’intensité importante entre 2500 et 10 000 lux (unité de mesure d’éclairement) Et elle reproduit  l’éclat du soleil. A titre de comparaison une journée avec un soleil magnifique apporte jusqu’à 100 000 Lux contre à peine 300 en hiver par une journée grise.

Ce bain de lumière permet de contrer la baisse de luminosité que nous subissons en hiver. Avec les jours qui se raccourcissent et le temps souvent plus maussade. Le regain d’énergie est important grâce à la baisse notamment de production de mélatonine. Hormone naturelle et cruciale pour bien s’endormir au quotidien mais provoquant des baisses de vitalité avec les nuits interminables d’hiver. Avec la lumière de la lampe, 30 minutes pour jour suffisent pour re-synchroniser votre horloge biologique en agissant sur la glande pinéale productrice de mélatonine.

Les débuts de la luminothérapie.

Prix Nobel de médecine en 1903 Ryberg FINSEN est le découvreur de la luminothérapie et de ses bienfaits sur des maladies comme la tuberculose et d’autres au même titre que les solariums. Mais cette thérapie s’efface après la découverte de la pénicilline et de la vaccination.

Mais en 1984 la médecine aux états unis l’utilise à nouveau dans le traitement de la dépression saisonnière. Et avec de nombreux retours et des études complémentaires ses atouts face à ce trouble sont reconnus sans équivoque en 2005 outre atlantique et en 2007 par la HAS (haute autorité de santé) en France.

 Une méthode naturelle reconnue ?

Oui c’est une technique reconnue contre plusieurs troubles notamment :

 

·         Dépression saisonnière et baby blues

·         Dépression dite classique

·         Troubles du sommeil

·         Syndromes prémenstruels

·         Troubles du comportement

·         Pathologie cutanées

·         Pathologie neurologique (sclérose en plaque, parkinson,…)

·         Brûlures

·         Décalage horaire ( jet lag )

 

Au canada à Toronto des chercheurs du centre des sciences et de la santé ont testé sur

122 personnes en test en double aveugle.

 

L’étude canadienne publiée en 2016 dans le revue JAMA. Les résultats sont indéniables la luminothérapie fonctionne et permet de rétablir le rythme circadien et de retrouver sa joie de vivre.

Un des auteurs de l’étude Anthony LEVITT dit «La luminothérapie constitue une option de traitement peu coûteuse, aux effets secondaires mineurs, et elle peut être bénéfique pour de nombreux patients souffrant de dépression” Et ce au bout de 8 semaines 30 minutes de lumière par jour.

 

 Aux États-Unis à l’université de Buffalo les chercheurs traitent les brûlures.

Le traitement porte sur la photobiomodulation. De la luminothérapie à faible dose pouvant reconstruire les tissus et soulager les douleurs. Même sur des brûlures au troisième degré sur une courte période de 9 jours.

Ce traitement naturel diminue l’inflammation qui à un rôle central dans les affections tel que le dégénérescence maculaire lié à l’âge, maladie d’Alzheimer ou encore le cancer.

Les cellules qui nettoient les débris cellulaires fibroblastes et macrophages sont stimulés par la lumière.

 

Comment faire une séance de luminothérapie ?

 

Au commencement il fallait passer par des centres médicaux, ou de hôpitaux pour avoir des séances de ce traitement naturel. Mais heureusement avec le progrès nous pouvons à présent bénéficier de cette thérapie à la maison en toute sécurité avec du matériel adapté à un usage à domicile.

Deux types de matériel existent :

          Les lunettes de luminothérapie : Se sont des lunettes dotées de diode permettant de recréer la lumière naturelle. Idéale pour contrer les effets du décalage horaire à emporter dans votre valise.

 

          Les lampes ou panneaux de luminothérapie eux sont souvent présents sous la forme d’un cadre lumineux devant lequel il faut s’exposer 20 à 30 minutes tout en écoutant de la musique ou en s’adonnant à une bonne séance de lecture.

 

          Attention les simulateurs d’aube ne sont pas des appareils adaptés au traitement par luminothérapie. Mais ils sont très efficaces pour recadrer votre horloge biologique, vos cycles d’éveil/sommeil. Sa lumière progressive le matin reproduit la course naturelle de l’astre solaire.

Comment bien utiliser sa lampe ?

Une fois installé devant sa lampe spécifique, il faut positionner son visage à environ 30 cm pendant environ 30 minutes. Si la puissance de votre dispositif est variable le minimum est de 2500 lux et il est conseillé d’utiliser 10 000 lux pour avoir des effets pertinents. Ces séances seront le plus efficaces le matin, dans la majorité des cas. Seuls les personnes s’endormant trop tôt le soir feront leurs séances en fin de journée.

Il reste l’alternative du centre de soins qui est toujours valable bien sûr. Il faut savoir que les séance d’en ce type d’établissement coût environ 15 euros quand l’achat d’une lampe coûte entre 150 et 500 euros. A vous de voir ce qui est le plus rentable pour votre cas.

Contre-indication à la luminothérapie ?

Si cette pratique est sans réel danger il faut l’éviter chez certains sujets :

          Si vous êtes sous traitement photosensibilisant

          Dans le cas ou vous avez des problèmes ophtalmiques de type cataracte glaucome, ou maladie affectant la rétine (diabète, herpès).

          Certaines maladies psychiques ( schizophrénie, paranoïa,…)

Dans le cas ou vous ressentiez de la fatigue oculaire, des maux de tête ou des nausées. Réduisez votre temps d’exposition ou consultez votre médecin traitant.

 

Pour le traitement du décalage horaire et des problèmes d’endormissement, nous avons à votre disposition notre S’sense du sommeil à la mélatonine végétale ultra efficace contre le jet lag.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *